Voyager autrement après le Coronavirus

Voyager autrement

Dernière mise à jour: 4 janvier 2022

Ce confinement planétaire aura à tout le moins permis à plusieurs d’entre nous de réfléchir. De mon côté, je me demande depuis plusieurs semaines maintenant comment se passera le retour au voyage. On a des fourmis dans les jambes et on n’aspire qu’à repartir. Or, allons-nous vraiment voyager de la même façon qu’avant cette crise? Profitons de cette pause imposée pour remettre en question le type de voyageur que nous sommes et tentons de voyager autrement someday.

Article connexe: 11 erreurs à éviter en voyageant

Rien n’est stable dans le monde du voyage. N’oublie pas de vérifier les avertissements de ton gouvernement ainsi que ceux de ta destination avant de t’aventurer quelque part. De plus, même si je garde mes articles le plus à jour possible, il est de la responsabilité du voyageur de vérifier toute information trouvée sur ce blogue auprès des diverses instances et organisations officielles et de consulter un guide de voyage. (Lire toutes les conditions d’utilisation du site)

7 façons de voyager autrement après la pandémie de Coronavirus

1. Privilégier le slow travel

The world has pressed pause for a while et il y a tout de même quelque chose de plaisant à redécouvrir son voisinage. Imagine faire la même chose en voyage.

À prime abord, ce n’est pas une évidence et je suis moi-même coupable. Je planifie des road trips hyper efficaces où l’on voit tout et, ma foi, c’est super. Cependant, mes années de working holiday me reviennent invariablement en tête et m’obligent à me questionner. Bien que j’en ai vu beaucoup, puis-je vraiment affirmer avoir vécu ces endroits?

Voyager autrement par le slow travel, c’est demeurer dans la même ville, le même village, une, deux ou trois semaines et l’explorer idéalement à pied et en transport en commun tout en expérimentant la culture locale. Non seulement c’est écologique, mais en plus, cela peut s’avérer économique. Le slow travel oblige à se débrouiller dans une autre langue et à entrer en contact avec les gens de la place. Enfin, le slow travel est exactement cela: prendre son temps et voyager lentement sans stresser ni se fatiguer.

Par où commencer et quelle destination choisir? Similaire à une revue de littérature, ce site résume bien la philosophie du slow travel. Quant à Vanilla Papers, elle propose une douzaine de blogues à suivre dont le sujet principal est le slow travel. Pour des idées de destinations propices à cette façon de voyager, Lonely Planet est toujours un bon point de départ. Finalement, cet article présentant 11 destinations pourrait aussi t’inspirer.

Voyager autrement
Image by TweSwe from Pixabay

2. Visiter un pays de la francophonie

Devrait-on privilégier une destination plutôt qu’une autre après la crise? Pas réellement puisque toute la planète en aura souffert. Un pays ne mérite pas nécessairement notre pécule plus qu’un autre. N’empêche, on voudrait bien sortir grandi de cette situation quasi irréelle de confinement et de fermetures de frontières en faisant preuve d’une plus grande solidarité. Une façon de le faire serait de privilégier les destinations où on parle français.

Oui, on aime l’exotisme et se retouver quelque part où la simple barrière de la langue constitue un dépaysement, mais pourquoi ne pas voyager autrement en se retrouvant entre francophones? Après tout, on existe sur tous les continents et c’est un geste solidaire valable.

Lire plus: Préparer l’après-pandémie en 7 envies de voyage

3. Encourager le tourisme durable

Nos choix en tant que touristes devraient avoir un impact positif sur l’économie de la ville visitée. On favorise les restaurants, cafés et bistros qui utilisent principalement des produits locaux. On cherche les boutiques qui vendent des items fabriqués localement et qui promeuvent la conservation d’un certain héritage culturel. Puis, on privilégie les petites entreprises aux grandes chaînes. Enfin, on encourage les sociétés qui minimisent leur impact environnemental. Le domaine touristique a grandement été affecté par la pandémie de Coronavirus et le tourisme durable est une des meilleures façons de redonner un peu de vitalité aux petites compagnies qui auront survécu à la crise.

De nombreux sites officiels de tourisme incluent désormais une section tourisme durable (sustainable travel) qui s’apparente (parfois, pas dans tous les cas) au tourisme responsable.

Lire plus sur le sujet: Le tourisme durable

Rejoins des milliers de lecteurs!

Gratuit-6-pages-à-imprimer

Ce blogue met de l’avant les voyages loin des foules et inspire les personnalités réservées à explorer le monde.

Envie d’obtenir un accès prioritaire à tous mes conseils et astuces?

En t’abonnant, reçois ma check-list de planification de voyage, un organisateur d’itinéraire et un budget voyage!

4. Choisir des entreprises en fonction de leur gestion de la crise

Big companies are losing a lot too (I know I won’t make you cry). Still, some of them are choosing to give back to the community anyway. Travelers, try to remember.

Let’s say you are visiting Scotland and would like to go on a Whisky Tour. Consider visiting a distillery that added hand sanitizer to their production during the pandemic. Need a coffee for the road? Treat yourself to a latte from Starbucks without feeling guilty: The company has increased its mental-health benefits for its employees and is giving free coffee to health care workers. Need a domestic flight across the U.S? Delta Air Lines’ CEO is going without pay for a year in the hope of reducing layoffs. Buying winter clothing for a trip to Canada, Alaska or Scandinavia? Canada Goose is manufacturing sanitary clothing for nurses, doctors and patients. What hotel to choose? Fairmont is partnering with hospitals and is offering complimentary accommodation to doctors and nurses, making their hotels a safe place to rest between shifts.

There are a lot of examples out there, and it will involve some research on your part, but it is important and worth finding out.

Lire plus: Quand parler de voyage devient indécent

5. Visiter son propre pays

Pour voyager autrement, on cesse de bouder son pays natal. Charité bien ordonnée commence par soi-même et si nous pouvons redonner un peu au milieu touristique, ce serait la moindre des choses de commencer par les destinations près de chez soi.

Tu pourrais aussi avoir une soudaine envie d’un staycation, c’est-à-dire profiter des activités et des attractions à distance raisonnable de chez soi. Voici quelques idées:

6. Visiter les pays où les filets de protection sociale s’étendent à un faible pourcentage de la population

Les gouvernements de nombreux pays tel le Canada ont mis en place des mesures afin de venir en aide aux entreprises frappées par l’arrêt du tourisme ainsi qu’aux milliers de personnes ayant perdu leur emploi. Bien que cela ne remplacera jamais un revenu réel ni les heures investies dans la construction d’une compagnie, ces prestations sociales ne sont pas négligeables. Or, plusieurs gites, boutiques, guides, fabricants de souvenirs (et j’en passe) à travers le monde ne bénéficieront d’aucune contribution gouvernementale. Afin d’aider la relance de ces petits entrepreneurs étrangers, sélectionner une destination où le filet social est à peu près inexistant ou inadéquat peut représenter une façon de voyager autrement.

7. Privilégier les compagnies aériennes locales

Non, on ne se mettra pas à prendre les compagnies aériennes en pitié; elles nous ont rarement fait de cadeaux. Malgré tout, elles emploient des milliers de personnes et en privilégiant une compagnie aérienne de son propre pays pour son prochain voyage, on contribue à tout le moins à ce que des gens de chez soi puissent travailler. Avec un taux de chômage skyrocketing dans bien des pays, c’est un geste non négligeable.

Mot de la fin

Si tu possèdes les moyens financiers de voyager une fois la pandémie du Coronavirus derrière nous, tu es privilégié et, en général, cela vient avec certaines responsabilités. Toutefois, changer des habitudes demeure difficile et il s’avère utopique de croire que l’on pourra mettre en pratique toutes ces suggestions dès notre prochain voyage. En sélectionner une ou deux est déjà un bon départ pour voyager autrement. Lesquelles t’inspirent?

Cheers for reading!

Rejoignez les 791 autres abonnés

11 commentaires sur “Voyager autrement après le Coronavirus

  1. Tu as raison, c’est peut être un mal pour un bien ! Le tourisme de masse a beaucoup de vices et c’est peut être l’occasion de changer les choses 😉

  2. Mon mari et moi esperons pouvoir retourner sur le Chemin de Compostelle comme nous avions prevu le faire en septembre 2020. Notre voyage n’est pas vraiment annule. il n’est que reporte. Je ne sais pas encore si 2022 sera l’annee ou on pourra le faire mais pour le moment je ne me plains pas d’etre a la maison.

    1. C’est bien de trouver son bonheur à la maison aussi. Il faut vivre cette pandémie avec positivité et optimisme.
      Je te souhaite de pouvoir réaliser ce périple dans un avenir relativement proche. Tu as dû adorer cela pour avoir envie de le vivre une deuxième fois!

      1. Absolument il y a vraiment quelque chose de special quand on fait un long parcours a pied. On a le temps de se centrer sur soi etc…..Et j’ai vraimetn adore passer ce temps dehors ( beau temps-mauvais temps). Je ne connais pas un pelerin qui n’a pas envie de retourner sur le Chemin. Quand mon livre sera publié je te dirai ..peut-etre cela t’interessera de lire mon histoire.

J'adore lire les commentaires! N'hésite pas!