Été 2020: un succès malgré le Coronavirus

été 2020 un succès

Avec la pandémie qui sévit à travers le monde, plusieurs d’entre nous appréhendaient l’été. Comment se passeraient nos vacances sans possibilité de traverser les frontières? Comme la rentrée scolaire marque officiellement la fin de l’été pour moi (je suis enseignante), j’ai voulu tracer un bilan et te raconter pourquoi, de mon côté, l’été 2020 s’est avéré un succès malgré le Coronavirus.

Lire plus: Faire le deuil d’un voyage en 6 étapes

4 raisons pour lesquelles l’été 2020 fut un succès

1. La découverte de nouveaux endroits

Cet été, j’ai découvert une panoplie de nouvelles places et plusieurs d’entre elles se situent à moins d’une heure ou deux de la maison. Le Québec est vaste et les options d’endroits où je n’avais jamais mis les pieds étaient nombreuses. J’en ai littéralement fait un projet: à chaque fin de semaine, je tenais à aller quelque part où je ne m’étais jamais rendue auparavant. Ce sentiment de découvrir des nouveautés de façon continue a vraiment contribué à ce que je maintienne une attitude positive. Être émerveillée ainsi, tout le temps, est salvateur pour le moral. Of course, this is only possible if you have developped that ability to see the beauty everywhere, to make it your own, and to carry it within yourself afterwards.

Lire plus: Faire du voyage un style de vie

2. Partir, souvent

Ne pas quitter pour un voyage à l’étranger m’a permis de partir localement beaucoup plus souvent. Normalement, si je visite un autre pays au cours de l’été, je ne quitte pas pour une nuit ou deux ailleurs au Québec en plus. Le budget voyage n’est pas illimité, n’est-ce pas! Ainsi, cet été, puisque je suis demeurée au Québec ou en Ontario, il a été possible de vivre plusieurs escapades, créant cette impression de mouvement, de déplacement, ce sentiment d’errer plus souvent. Ça rend de bonne humeur!

3. Retomber en amour avec son coin de pays

On oublie à quel point c’est beau chez soi. On oublie que des gens paient une fortune pour venir explorer ce que nous côtoyons tous les jours. La pandémie de Coronavirus ne m’a pas empêchée de voyager. Je l’ai tout simplement fait à l’intérieur des frontières du Québec et de l’Ontario. J’aurais pu aller plus loin (j’ai la chance d’habiter dans un immense pays, mon terrain de jeux fait environ 10 000 km2), mais il me semblait plus sage de ne pas sauter dans un avion pour l’instant. J’ai sillonné les routes de ma province et de la province voisine en me répétant à quel point je suis chanceuse de vivre au Canada, un pays aux paysages aussi grandioses et variés, un pays où les montagnes, les milliers de lacs et de rivières ainsi que le fleuve St-Laurent et les forêts règnent en maîtres. Ça a été ça, mon été: retomber en amour avec mon coin de pays que j’avais délaissé au cours des dernières années au profit de voyages à l’étranger.

4. Apprécier le slow travel

Il y avait longtemps que mes excursions et mes escapades ne s’étaient pas déroulées lentement. Il y avait longtemps que je ne m’étais pas contentée d’explorer un endroit en particulier en appréciant ses petits recoins, en essayant de découvrir des coins cachés et méconnus. J’en ai avalé, des kilomètres, au cours de mes derniers road trips à l’étranger et si je retiens une chose de cette pandémie, c’est que l’approche du slow travel est définitivement une des philosophies de voyage vers laquelle je vais me tourner à l’avenir. Sans faire exclusivement du slow travel, il prendra assurément plus d’importance.

Lire plus: Voyager autrement après le Coronavirus

I guess you could say that I am not angry at 2020. I live in a peaceful and free country. I don’t know war. I have money coming in, I haven’t lost my job and my loved ones are safe and healthy. I don’t allow myself to complain about cancelled trips as it seems shallow and superficial considering the big issue. Don’t get me wrong: disappointment is o.k. Complaining isn’t. One’s lifetime can’t simply consist of a long peaceful river. We will encounter difficulties, big and small, and a global pandemic, though unpredictable, is one of them. Long distance travel remains a bonus, one we are not entitled to, a privilege out of our reach for now. And it’s fine. It’s not gone forever, it is simply postponed.

Lire plus: Be Grateful and Let Go

D’après vos commentaires laissés sur certains articles récents, je suis convaincue que je ne suis pas la seule à avoir vécu son été de cette façon. Et toi, de ton côté, quel bilan tires-tu de cet été sans précédent?

Cheers for reading!

On se retrouve sur les réseaux sociaux?

En-tête de l’article: Image by Alain Audet from Pixabay

6 commentaires sur “Été 2020: un succès malgré le Coronavirus

Répondre à Anne-Marie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.