Partir en Islande: 12 informations essentielles à savoir avant de voyager

partir-en-islande

Avant de partir en Islande, il importe de se renseigner adéquatement. Effectivement, bien que situé en Europe, ce pays exige plus de préparation que d’autres destinations du même continent. Retrouve ici toute l’information essentielle à savoir avant de partir en Islande en été.

12 informations essentielles à savoir avant de partir en Islande

Ce guide pour partir en Islande se concentre sur un voyage se déroulant entre les mois de juin et septembre. Si tu songes à partir au coeur de l’hiver pour contempler les aurores boréales, certains conseils pourraient différer. Puis, il importe de vérifier les règles en vigueur, en Islande, en ce qui a trait aux voyageurs et à la Covid-19. Enfin, prends en considération le fait que de nombreux gouvernements continuent de proscrire les voyages non essentiels. (Or, il n’y a rien de mal à se renseigner maintenant pour mieux partir plus tard!)

N’oublie pas de vérifier les avertissements de ton gouvernement ainsi que ceux de ta destination avant de t’aventurer quelque part. De plus, même si je garde mes articles le plus à jour possible, il est de la responsabilité du voyageur de vérifier toute information trouvée sur ce blogue auprès des diverses instances et organisations officielles et de consulter un guide de voyage. (Lire toutes les conditions d’utilisation du site)

1. Partir en Islande et louer une voiture

L’Islande est une destination parfaite pour un road trip. Bien que certains voyageurs arrivent par le ferry reliant le Danemark à l’est de l’Islande, la majorité des visiteurs privilégient l’avion pour se rendre sur l’île. Même s’il est possible de visiter Reykjavik et les alentours en transport en commun ou en suivant un tour guidé, je te recommande tout de même de louer une voiture dès ton arrivée. La liberté de mouvement que cela te donnera en vaudra grandement la peine. Aussi, à l’extérieur de Reykjavik, les distances entre les communautés sont très grandes et tu voudras t’arrêter très souvent en cours de route pour prendre des photos du paysage, chose impossible à faire en autobus.

Louer une voiture en Islande est simple, mais dispendieux. Pour économiser, privilégie une compagnie qui ne se trouve pas à l’aéroport même. Cela n’entraîne aucune difficulté particulière et on viendra te chercher gratuitement à l’aéroport pour t’emmener au site de location (généralement à moins de dix minutes). De mon côté, j’ai fait affaire avec My Car Rental et j’ai été entièrement satisfaite. Une autre façon d’épargner est de sélectionner une compagnie qui loue des voitures moins récentes, mais en bonne condition. C’est le cas de Blue Car Rental.

Il est impératif de réserver ton véhicule en avance (plusieurs mois est l’idéal si tu veux du choix). De plus, une voiture quatre roues motrices est pratiquement essentielle si tu songes à t’aventurer hors du Ring Road. En effet, toutes les routes identifiées en tant que F ROAD sont interdites à tout véhicule 2WD. Aussi, de nombreux chemins ne sont pas pavés, sont à flanc de montagne ou longent une falaise abrupte.

En terme de prix, un véhicule quatre roues motrices m’a coûté environ 160$ (105€) par jour en haute saison. (Ouais!)

Outil pratique: Playlist pour un road trip à télécharger gratuitement

arc-en-ciel-dessiné-sur-l'asphalte-reykjavik
Reykjavik – Photo by Ludovic Charlet on Unsplash

2. Partir en Islande et y conduire

La route 1 (Ring Road) fait le tour de l’île et est asphaltée. Ce road trip classique se fait aisément peu importe le type de conducteur que tu es. De plus, le réseau routier islandais n’est pas développé au point où on peut s’y perdre facilement. Il n’a rien d’un labyrinthe. Toutefois, si tu te rends dans des régions hors du Ring Road, il faudra prévoir le temps en conséquence. De nombreuses routes sont encore en terre ou en gravel et parce qu’elles montent et descendent collines et montagnes, tu ne peux pas y rouler à une vitesse folle, d’autant plus que ces chemins sont particulièrement sineux et bordent des précipices. Yes, there are some scary roads que les personnes nerveuses en voiture n’apprécieront pas. Puis, comme il est fréquent de se retrouver seul sur de nombreux kilomètres à l’extérieur du Ring Road, il est préférable d’avoir vérifié au préalable que la voiture de location contienne le minimum en cas d’urgence (comme une roue de secours, par exemple).

Les Islandais sont des conduteurs patients et courtois et le code de la route est respecté partout au pays. De plus, il n’y a rien de stressant à conduire dans la capitale.

Lire plus: Paysages d’Islande: les 7 incontournables de la péninsule de Snaefellsnes

3. L’hébergement en Islande

Cinq options s’offrent à toi en ce qui concerne l’hébergement lorsque tu pars en Islande: les hôtels, les auberges de jeunesse, le camping, les guesthouses et les fermes. De mon côté, je privilégie les deux dernières options.

Il est bon de noter que certains endroits n’incluent pas les draps dans le prix affiché. Il faut bien vérifier en faisant la réservation (qui est essentielle en haute saison, de juin à la fin août). En plus, les chambres pouvant accommoder plus de deux personnes sont plus difficiles à trouver (et plus coûteuses). Enfin, si tu voyages en hiver, les prix différeront également.

Consulte cet article sur l’hébergement en Islande pour connaître en détails toutes les options ainsi que pour retrouver divers liens utiles pour réserver.

Dormir dans un guesthouse en Islande

4. Manger en Islande

D’abord, il faut réaliser que les restaurants en Islande s’avèrent onéreux. Même un pauvre hotdog de station service peut coûter jusqu’à 10$ (6,50 €). À moins de bénéficier d’un budget illimité, cuisiner durant son séjour et traîner son pique-nique restent inévitables. Il faut donc savoir plusieurs choses. La première est que les supermarchés n’ouvrent pas aux heures auxquelles nous sommes habitués en Amérique du Nord et même ailleurs en Europe. Beaucoup d’épiceries n’ouvrent qu’à 10h et ferment avant 20h. De plus, à l’extérieur de Reykjavik et d’Akureyri, les supermarchés ont plutôt l’air de ce que nous appelons, au Québec, un dépanneur. C’est minuscule, il y a peu de variété et le tout devient rapidement répétitif. Honnêtement, prépare-toi mentalement à manger beaucoup de sandwichs, de pâtes, de soupe, de pommes et de skyr. C’est comme ça, il faut faire avec.

Au supermarché, les prix sont comparables à ce que l’on paie à la maison si on s’en tient aux items de base. Les viandes et les poissons sont plus chers. Comme dans tous les pays, il existe plusieurs magasins d’alimentation, mais les plus abordables et, souvent, les plus grands sont les supermarchés Bonus (représentés par un gros cochon rose).

Aussi, en te préparant à partir en Islande, il peut être pratique de traîner dans tes valises des sacs réfrigérés pour garder ta nourriture au frais pendant la journée.

Si ton budget te le permet, essaie tout de même trois ou quatre restaurants durant ton séjour, particulièrement à Akureyri et à Reykjavik. Les mets d’agneau et de poisson étaient délicieux partout où je les ai goûtés.

5. Le WI-FI en Islande

Je n’ai éprouvé aucun problème avec la couverture du réseau cellulaire en Islande, même en région éloignée. Quant au WI-FI, il est accessible gratuitement à peu près partout: aux stations service, aux restaurants, à l’auberge ou à l’hôtel et dans les endroits publics. Tu peux également te connecter au réseau de certaines villes gratuitement.

sentier-entouré-de-pierres-volcaniques-et-d'arbres-islande
Formation de lave à Dimmuborgir – carrythebeautiful.com

6. Partir en Islande sans argent comptant

Peu importe le pays où je vais, j’ai l’habitude de toujours traîner avec moi de l’argent comptant. Cependant, en Islande, je n’aurais pas eu besoin de couronnes islandaises cash. Partout, même dans les coins reculés, les cartes bancaires sont acceptées et on trouve assez facilement des guichets automatiques (ATM). Tu peux donc emporter moins de 100$ (65€) avec toi dans le seul but d’avoir accès à des liquidités en cas d’urgence. Si tu ne paies pas ton hébergement en avance, il peut être bon de vérifier avant de partir qu’ils acceptent bien les paiements par carte, au cas où.

Abonne-toi, c’est gratuit!

Gratuit-6-pages-à-imprimer

Abonne-toi au blogue et reçois le nouveau contenu voyage par courriel.

Obtiens en plus tout ce dont tu as besoin pour planifier un voyage, prêt à être imprimé et utilisé!

7. La langue en Islande

La langue locale est l’islandais, mais tu peux partir en Islande la tête tranquille: la vaste majorité des habitants parlent bien anglais. J’ai été servie en français à quelques endroits, mais il ne faut pas compter là-dessus. Plusieurs panneaux importants sur les routes et à différents sites touristiques sont traduits en anglais, mais pas toujours. C’est parfois embêtant, mais Google Translate et d’autres apps existent pour nous aider. Comme partout ailleurs dans le monde, les gens apprécient qu’on leur dise au moins « bonjour » et « merci » dans leur langue.

8. La sécurité en Islande

En partant en Islande, jamais je ne me suis sentie en danger en tant que femme qui voyage. Le pays est très sécuritaire. Les dangers sont plutôt présents dans la nature en tant que telle et non perpétrés par les humains. Les tempêtes de sable ne sont pas rares (considère prendre une assurance pour la voiture si tu voyages dans le sud du pays) et les risques de brûlures sont bien réels près des geysers et des fumeroles. Plusieurs sentiers de randonnée sont à flanc de montagne ou près de crevasses et des sables mouvants sont présents près des glaciers. Peu importe où tu choisiras de t’aventurer, te renseigner au préalable sur les dangers du terrain est essentiel. Les Islandais semblent en avoir un peu marre des touristes mal informés qui se mettent dans des situations périlleuses et qui doivent ensuite être secourus.

9. Aller aux toilettes en Islande

Cela semble un peu bête à dire, mais aller aux toilettes en Islande n’est pas aussi simple qu’ailleurs. D’abord, de nombreux sites touristiques ne possèdent aucune commodité. Aussi, sur les routes, on compte peu de haltes routières et elles n’offrent pas toutes un accès à une salle de bain. À d’autres endroits, des toilettes sont présentes, mais il faut débourser de l’argent pour y accéder. Bref, c’est vraiment un aspect duquel il faut tenir compte en planifiant sa journée. Ainsi, va toujours aux toilettes avant de quitter ta chambre le matin et à chaque fois que tu en croises une au cours de la journée, car tu ne sais jamais où et quand sera la prochaine occasion. Sérieusement. Aussi, sache qu’il est TRÈS mal vu to do your business dans la nature ou sur le bord des routes.

10. Partir en Islande et éviter les foules

L’Islande connaît un boum touristique énorme depuis quelques années. Cette destination qui fut longtemps tranquille et discrète voit désormais un nombre fort élevé de touristes frôler ses terres en été. Toutefois, les visiteurs demeurent assez prévisibles et ils semblent tous s’amasser aux mêmes endroits. Ainsi, le Golden Circle et tout le sud de l’île sont très fréquentés. Cela n’est pas encore au point où c’est hyper désagréable, mais ce sont des endroits où tu ne seras jamais seuls, où ce sera plus difficile de trouver du stationnement en mi-journée et où des autobus débarquent en horde.

Personnellement, bien que le Golden Circle soit sympathique, je ne pense pas que tu manques une attraction majeure en n’y allant pas. Aussi, il est tout à fait possible de trouver des régions moins explorées et qui ont énormément à offrir en terme de beauté de la nature. Il suffit de sortir des sentiers battus. Considère visiter les Westfjords, la péninsule de Trollaskagi et la région d’Akureyri ainsi que l’est de l’île. Les plus aventureux voudront se concentrer dans les Highlands (très, très bien se renseigner au préalable).

Lire plus: Que voir en Islande du Nord – Top 7

11. Partir en Islande avec les bons vêtements

Voici la vérité: Il fera froid, même en été. Je suis Québécoise, je suis habituée aux hivers longs et rigoureux, et si je te dis qu’il fait froid, sache que je n’exagère pas. Au cours des mois de juillet et d’août, les températures dans les environs de Reykjavik devraient se maintenir entre 10 et 15 degrés. Ce n’est pas si mal, je sais, mais lorsqu’on s’éloigne, les choses se compliquent. Les températures peuvent descendre aussi bas que 5 degrés et le vent te mordra les joues et te fera grelotter jusqu’aux os si tu n’as pas de vêtements appropriés.

Un jeans est la pire chose à porter. Ça ne garde pas au chaud, le vent le traverse et il devient tout raide dans le froid. L’Islande est vraiment un endroit où porter des pantalons de plein-air (j’aime beaucoup ceux de The North Face). Un manteau de type coupe-vent est également essentiel. Sous ce manteau, il faut porter une veste de type laine polaire et, sous cette veste, un chandail à manches longues. Une tuque (bonnet), un cache-cou ou un foulard et des gants sont essentiels. Oui, même en été. (Tu me remercieras plus tard!)

De plus, tu n’as pas besoin de traîner des vêtements stylés ou chics dans tes valises. Une paire de jeans et des souliers propres suffisent pour se présenter dans la vaste majorité des restaurants. Le reste du temps, tu exploreras, à l’extérieur!

Outil pratique: L’essentiel à emporter en voyage – téléchargement gratuit!

fille-sur-une-plage-de-sable-noir-et-bord-de-mer-islande
Photo by Ross Hughes on Unsplash

12. Partir en Islande et laisser sa pudeur derrière

Le Blue Lagoon, les bains de Myvatn, les sources chaudes et les nombreuses piscines extérieures avec une vue imprenable sur les montagnes représentent tous des incontournables d’un voyage en Islande. Cependant, pour y accéder, il faut d’abord respecter la coutume qui exige de se doucher et de se savonner complètement nu avant d’entrer dans un lagon, une source ou une piscine. Les vestiaires de ces endroits, de façon générale, ne possèdent pas de douche privée (le Blue Lagoon, si). On se déshabille, on ne pense pas aux autres dans la même pièce et on fait ça vite. Just go with it. On se répète que tout le monde est légèrement inconfortable, mais qu’en même temps, on est tous faits à peu près pareils. Il ne faut pas s’empêcher de visiter un endroit à cause de cela. Bien sûr, j’ai vu des gens tricher et ne pas se laver, mais cela est perçu par les locaux comme un grand manque de respect. Quand on va en Islande, on fait comme les Islandais l’exigent. Basic civilities.

Mot de la fin

En ayant lu ces informations, tu sais désormais mieux à quoi t’attendre en voyageant en Islande, mais peut-être as-tu d’autres questions. N’hésite pas à les poser en commentaires! Partir en Islande est un choix que tu ne regretteras pas. Il s’agit d’une superbe destination, remplie de magie, qui restera gravée dans ta mémoire bien longtemps!

En-tête de l’article: Image by David Mark from Pixabay

Cheers for reading!

Rejoignez 749 autres abonnés

10 commentaires sur “Partir en Islande: 12 informations essentielles à savoir avant de voyager

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.