10 raisons de ne pas faire une bucket list voyage (et de plutôt élaborer un plan)!

bucket-list-voyage

L’heure est à la confession: J’ai toujours eu une dent contre les bucket lists en général et encore plus contre les bucket lists voyage. Pour moi, il s’agit de listes vouées à l’échec, car elles sont contre-productives.

Je suis consciente que plusieurs raffolent de leur bucket list et je n’ai absolument rien contre les amateurs de ce type de liste. Toutefois, de mon côté, je l’évite à tout prix. Je te présente mes 10 raisons de ne pas faire une bucket list voyage et de plutôt me concentrer sur l’élaboration d’un plan.

Pourquoi on ne devrait pas faire de bucket list voyage: 10 raisons

Peut-être n’es-tu pas familier avec le terme bucket list, largement utilisé en anglais. Il n’existe pas de traduction littérale de cette expression ni d’équivalent en français. En fait, une bucket list est une liste des choses que l’on aimerait réaliser avant de mourir. Ainsi, une bucket list voyage s’avère une liste de tous les endroits que l’on souhaiterait visiter et de toutes les expériences que l’on aimerait tenter, en voyage, avant notre décès.

La bucket list est différente de la liste d’envies ou de la wish list étant donné l’importance d’accomplir tous les items qu’elle contient avant sa mort. (Je n’ai d’ailleurs rien contre la liste d’envies qui représente simplement des petits bonheurs, des petits plaisirs que l’on aimerait s’offrir – ce qui est sain.)

On voit souvent des publications dans des articles de blogue ou sur les médias sociaux qui promeuvent une expérience ou une destination en enjoignant le lecteur de l’ajouter à sa bucket list. D’autres personnes partagent même leur bucket list voyage avec leurs abonnés. Quant à moi, je ne dresserai jamais une telle liste et je ne te demanderai jamais ce que la tienne contient. Voici pourquoi.

bucket-list-voyage1
Image by congerdesign from Pixabay

1. La bucket list voyage crée un sentiment d’inachèvement

La bucket list représente tout le contraire de la célébration de ses accomplissements. C’est plutôt une liste qui te remet en pleine face ce que tu n’as pas encore réalisé. Au contraire, on se doit de penser aux voyages déjà concrétisés (même si c’était avec nos parents et qu’ils remontent à l’enfance!) et être fier du bout de chemin déjà parcouru.

Célèbre les endroits où tu as déjà posé les pieds, pense à tout ce qu’ils t’ont apporté et à combien ta vie et la personne que tu es ont été influencées par ces périples. Celebrate, be happy! Sur mon lit de mort (dans très longtemps, à environ 99 ans 😉 ), je veux pouvoir songer aux accomplissements de ma vie et non pas à ce qu’il me resterait à faire (car il restera toujours quelque chose à faire).

2. La bucket list voyage crée une impression d’insuffisance

La bucket list voyage donne l’impression que tu n’en as pas assez vu. All that you’ve done, all that you’ve seen, it’s still not enough. C’est comme une pression sournoise qui te nargue, toujours présente dans ton subconscient, une pression qui t’enjoint à en voir plus, encore et encore. Plutôt qu’être admiratif devant ce que tu as accompli, ce genre de liste t’incite à toujours vouloir plus que le moment présent qui n’apparaît plus comme suffisant.

3. La bucket list voyage t’empêche de suivre tes envies du moment

En s’accrochant à une liste, on respecte moins nos envies du moment. Une liste peut vite devenir un carcan, quelque chose qui nous fait évoluer avec des oeillères. Or, dans le monde du voyage, la spontanéité s’avère tellement importante! Sans spontanéité, je n’aurais pas été au Lagon Bleu (qui ne figurait pas parmi mes incontournables personnels à visiter en Islande). Sans suivre mes envies du moment, je n’aurais jamais mis les pieds au Mexique en pleine crise de H1N1 (et Monterrey n’aurait jamais figuré dans une liste d’endroits à visiter absolument avant de mourir). Saisir des occasions qui se présentent au vol importe énormément.

Lire plus: It’s Not About the Destination

4. La vie n’est pas une liste d’épicerie

On change au fil des ans et, avec le temps, nos désirs aussi. Ce qui était important à 18 ans l’est moins à 30 et, je l’imagine, change encore à 50 ans. J’ai un malaise à voir ma vie comme une liste sur laquelle je dois cocher des réalisations. J’ai accompli des choses que je ne pensais jamais faire tout comme j’ai vécu des déceptions et certains de mes désirs ne se sont pas concrétisés. And it’s fine. We learn, we move on. La mentalité de « Checked! Done! » ne me convient pas.

5. La bucket list voyage est souvent influencée par les dictats de la société

Ce que les autres font, les expériences qu’ils tentent, les photos de voyage partagées par les influenceurs sur les réseaux sociaux, tout cela a une incidence sur ce que l’on perçoit comme ayant de la valeur, comme étant worthy of getting accomplished. Toutes ces images qui bombardent nos écrans quotidiennement nous restent en tête et on se dit: « Tiens, je voudrais faire ceci. Oh, je dois absolument faire cela », etc. On tend à se comparer avec l’image que d’autres projettent et, inconsciemment, on pense que nos envies et ce que nous sommes ne sont pas assez.

Et ainsi s’ajoutent des items à la bucket list voyage sans qu’on ait pris le temps de s’interroger sur notre désir réel de réaliser telle ou telle chose. Ça prend une certaine force morale et une bonne connaissance de soi pour réussir à se dire que c’est cool pour les autres, mais que cela ne correspond pas à la personne que je suis réellement.

6. La bucket list voyage égale la pensée magique

Ce n’est pas parce qu’on établit une liste que les choses vont miraculeusement se matérialiser. Je vois des personnes qui dressent des bucket lists à droite et à gauche sur tous les sujets, qui les partagent, qui rêvent à voix haute, mais je ne les vois pas nécessairement se mettre en mode pratico-pratique pour en venir à bout. Ce n’est pas parce que c’est écrit que c’est vrai, ce n’est pas parce que c’est écrit que ça va arriver. Des affirmations et de la visualisation aident à progresser et à atteindre un but. Une bucket list, pas vraiment.

7. La bucket list voyage s’étire à l’infini

On ne verra jamais la fin d’aucune bucket list. Et même si un jour on en faisait le tour, il y aurait encore des endroits à ajouter, des expériences à tenter. La bucket list demeure un puits sans fond, car l’humain reste un éternel insatisfait et il en voudra toujours plus, encore et encore. C’est une liste éternelle.

8. La réalisation d’une bucket list voyage est vouée à l’échec

It’s a set up for failure parce qu’on n’accomplira jamais tout ce qu’elle contient. Ainsi, l’idée même de la créer revient à conséquemment assumer qu’on ne pourra pas réaliser tout ce qui y est indiqué. Pourquoi se placer volontairement dans une situation qui donnera l’impression d’avoir échoué?

9. La valeur de nos voyages ne dépend pas des items que l’on coche sur une liste

La valeur et la validité de nos expériences de voyage ne se mesurent pas au nombre d’items cochés sur une bucket list ni au nombre de pays visités. Ce qu’il reste de nos voyages est quelque chose d’intrinsèque. Une personne pourrait faire un seul voyage dans sa vie et en demeurer marquée pour le reste de ses jours. Quelqu’un qui a visité une centaine de pays et qui a frôlé tous les continents ne pourra jamais affirmer que ses périples et sa vie de voyage ont une valeur supérieure. Le nombre d’items que tu coches sur une liste n’a aucune incidence sur la validité de ta vie de voyageur. Ce que tu choisis de faire de l’enseignement que tu retires de tes expériences, now THAT matters.

10. Le terme buket list est utilisé à outrance

Utilisé dans trop de contextes différents par à peu près tout le monde, le terme bucket list commence à perdre son sens. Popularisé par les influenceurs et les grands noms du voyage, il est repris à gauche et à droite sans que l’on prenne réellement le temps de réfléchir à ce que l’on dit vraiment en parlant de bucket list.

J’avoue aussi que le côté contestataire en moi veut cesser de faire quelque chose à partir du moment où ça devient trop populaire ou tendance. 😉

homme-écrivant-des-objectifs
Image by Gerd Altmann from Pixabay

L’élaboration d’un plan pour remplacer la bucket list voyage

Maintenant que j’ai bien râlé contre les bucket lists voyage, je te propose une alternative, car rêver d’un voyage et de diverses expériences à l’étranger est sain si on est également proactif.

Je n’ai pas de bucket list voyage. Par contre, j’ai quelques plans en cheminement, et ça, c’est efficace et motivant! Voici ce à quoi ressemble mon mindset, en espérant que cela t’inspire.

Lire plus: 11 erreurs commises en voyageant que tu devrais éviter

Élaborer un plan de voyage

La base

D’abord, réfléchis à ce dont tu as le plus envie à moyen terme. Que voudrais-tu vraiment accomplir en ce qui a trait aux voyages dans les prochaines années? La réponse à cette question représente la base de ton plan. Évidemment, plusieurs destinations te viendront en tête, mais je te suggère de te concentrer sur deux ou trois projets à la fois, pas plus.

On a tous des envies, des rêves et des désirs. Or, trop se projeter dans le futur n’est pas nécessairement une bonne chose, car on perd de vue le moment présent et ce qu’il est possible de réaliser à court ou moyen terme. Ainsi, essaie de ne pas planifier plus de quatre ou cinq ans d’avance.

En mettant de l’ordre dans tes idées, tu arriveras à déterminer quelles envies de voyage sont les plus importantes à concrétiser d’ici quelques années. De cette façon, tu concentres ton énergie et ta force créatrice sur un objectif réalisable plutôt que sur une étoile inatteignable. Voilà qui s’avère très important pour ton bien-être.

Lire plus: Mes souhaits aux voyageurs pour la nouvelle année

Le vision board

Placer de façon visuelle ces deux ou trois projets de voyage est primordial. J’aime bien les vision boards, car ils permettent vraiment de coucher une idée, un rêve, sur un babillard. C’est une excellente façon de faire un sommaire d’un désir de voyage qui t’habite.

Si le vision board n’est pas quelque chose que tu apprécies, faire une liste écrite de ce que tu veux voir et expérimenter lors de tes deux ou trois projets de voyage t’aidera à clarifier ton plan. L’idéal est de te procurer un carnet neuf et de l’utiliser pour l’élaboration de plans de voyage.

Tu peux également faire un croquis de ce que tu imagines lorsque tu penses à un projet de voyage en particulier. (Ça, ce n’est pas pour moi; je suis nulle en dessin!)

Lire plus: Voyager autrement après le Coronavirus

Le plan

Quand veux-tu mettre à exécution ce projet de voyage et de combien d’argent auras-tu besoin? Il n’y a pas plus essentiel à se poser comme questions.

Que feras-tu pour t’assurer que tu auras en ta possession l’argent nécessaire le moment venu? C’est souvent lorsqu’on parle d’argent qu’on se décourage et qu’on abandonne une idée de voyage. On calcule les fonds qui seront nécessaires et on estime qu’on n’y arrivera jamais. Or, je t’assure que c’est faux et qu’avec de la patience et de la détermination, on arrive à tout.

Auras-tu besoin d’un petit sideline en terme de revenus? Devras-tu couper dans une petite gâterie hebdomadaire ou mensuelle pour bien économiser? Profiteras-tu des intérêts réalisables sur certains placements à la banque? Il y a de nombreuses options financières pour qui veut vraiment. Par exemple, pour pouvoir partir en working holiday, j’ai travaillé une trentaine d’heures par semaine tout en étant aux études à temps plein à l’université. Aussi, j’économise depuis de nombreuses années dans un compte d’éparge spécialement dédié à un voyage de deux mois en Australie. Petit train va loin. I promise.

Lire plus: La fois où…

En ayant une intention et un objectif clair en tête, on trouve plus facilement l’auto-discipline indispensable à leur réalisation. D’où l’importance de ne pas rêver devant une bucket list et de plutôt établir un objectif à moyen terme, puis de s’atteler à le concrétiser. Prends ta démarche au sérieux. Prends tes désirs au sérieux. Aie de grandes aspirations et un plan à leur hauteur!

Tu as aimé cet article? N’hésite pas à le partager sur tes réseaux sociaux!

Cheers for reading!

Rejoignez 749 autres abonnés

En-tête de l’article: Image by Daniel Byram from Pixabay

7 commentaires sur “10 raisons de ne pas faire une bucket list voyage (et de plutôt élaborer un plan)!

  1. J’ai une bucket list, que j’appelle wishlist » spéciale voyage. Je ne m’y suis jamais vraiment cantonnée et tant mieux parce que sinon j’aurais raté quelques beaux endroits et voyages :). En revanche, avec la crise liée au Covid, je me suis dit qu’il serait peut être temps que je coche quelques cases sur cette liste comme Rome, Lanzarote ou l’Argentine pour ne citer que ces destinations. Quand on pourra repartir sereinement bien sûr. Mais la crise m’a appris que la vie peut être plus courte que prévue, ou pleine d’imprévus, et je n’aimerais pas un jour avoir le regret de ne pas avoir vu ces destinations dont je rêve depuis bien longtemps.
    Ceci étant, je comprends très bien ce que tu veux dire et te rejoins sur pas mal de points 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis d’accord avec toi. J’ai voyagé avec une amie qui avait une liste d’objectifs par jour. On ne pouvait pas déroger au programme. Résultat: on a manqué pleins de petits moments spontanés juste pour suivre son papier. C’est dommage.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.