Les nouvelles réalités du voyage post-pandémie

nouvelles-réalités-du-voyage-post-pandémie2

L’été 2022 aura marqué, pour moi, la fin du staycation et de la micro-aventure. Au cours des deux derniers mois, j’ai pris un total de huit vols (je sais, mon empreinte carbone explose…!), j’ai traversé les frontières, j’ai séjourné dans plusieurs hôtels et j’ai expérimenté le transport local de deux nouvelles destinations. J’ai été à même de constater que l’univers du tourisme a changé. Voici donc les nouvelles réalités du voyage post-pandémie.

Lire plus: Vaincre l’appréhension du voyage post-pandémie

Le voyage post-pandémie: les nouvelles réalités

Le monde du voyage s’est-il tant transformé entre mars 2020 et aujourd’hui? Je n’affirmerais pas qu’il s’agit d’un virage complet, mais certains changements demeurent assez notables pour que l’on se pense dans une nouvelle ère. Je note 6 nouvelles réalités du voyage post-pandémie.

Lire plus: Voyager autrement après le Coronavirus

Rien n’est stable dans le monde du voyage. N’oublie pas de vérifier les avertissements de ton gouvernement ainsi que ceux de ta destination avant de t’aventurer quelque part. De plus, même si je garde mes articles le plus à jour possible, il est de la responsabilité du voyageur de vérifier toute information trouvée sur ce blogue auprès des diverses instances et organisations officielles et de consulter un guide de voyage. (Lire toutes les conditions d’utilisation du site)

1. Les réservations sont nécessaires pour plusieurs attractions

Voilà une des nouvelles réalités du voyage marquante. Quelques pays avaient déjà entamé le processus de rendre les réservations obligatoires afin d’accéder à un site achalandé dans le but de réduire le tourisme de masse. Or, depuis la pandémie, les réservations sont désormais la norme pour de nombreux musées et de multiples attractions.

Il ne s’agit pas d’une mauvaise chose en soi. En effet, le tourisme connaît bien des vices et, selon moi, nous devrons nous habituer à cette nouvelle façon de procéder. Je ne crois pas que cette tendance soit temporaire, au contraire.

De plus en plus d’attractions touristiques suivront cette tangente qui réduit les files d’attente et qui permet de s’assurer qu’il n’y ait pas trop de gens en même temps à un endroit donné, et ce, dans le but de protéger des écosystèmes fragiles ou des lieux historiques mal en point.

Cela réduit quelque peu la spontanéité que beaucoup d’entre nous apprécions en voyage, mais il reste possible de tenter sa chance et de se procurer un droit d’entrée le jour même.

Mon meilleur conseil: En planifiant un voyage dresse une liste des places que tu tiens absolument à visiter. Vérifie si une réservation est nécessaire pour ces sites le plus tôt possible et procure-toi un billet sans attendre afin d’éviter les déceptions.

Photo by Calle Macarone on Unsplash

2. La malédiction du bagage de cabine

Les bagages de cabine ont créé des problèmes à chacun de mes vols estivaux.

Je blâme en partie les médias pour ce chaos. En juin, alors que le monde de l’aviation reprenait son envol, nous avons tous entendu parler des nombreuses pertes de bagages laissés en soute.

Les gens se sont alors dit qu’ils voyageraient avec un bagage de cabine seulement. Le problème provient du fait que TOUS les passagers ont eu cette même réflexion.

Ainsi, lors de mes vols en juillet et en août, on réclamait, à la porte d’embarquement, des volontaires pour laisser sa valise en soute. Une poignée de gens sympathiques et avenants acceptaient, laissant 200 autres passagers monter à bord avec leur bagage (sans que personne ne vérifie si sa taille se conformait aux exigences).

Par conséquent, les compartiments à bagages débordaient tandis que bon nombre de passagers n’avaient même pas encore mis les pieds dans l’appareil. Les agents n’avaient d’autre choix que de leur ordonner de laisser leur bagage en soute. Ce processus exigeait un temps fou à moins d’une dizaine de minutes du départ. Il fallait imprimer des étiquettes pour chacun des bagages de ces passagers, les attacher aux valises pour ensuite les envoyer en soute.

Bref, presque tous mes vols ont quitté la porte d’embarquement en retard de 20 à 30 minutes. Cela rendait toute connexion particulièrement stressante.

Lire plus: 12 items à ne jamais mettre dans sa valise

Mon meilleur conseil: Les choses se sont améliorées depuis juin. Il y a moins de pertes de bagages et tout se stabilise lentement. Je laisserais mes bagages en soute à ce point-ci. Toutefois, il importe d’arriver au moins trois heures avant son vol pour mettre toutes les chances de son côté que la valise se rende au bon endroit. Mieux vaut également prévenir et emporter avec soi dans l’avion l’essentiel pour 24 heures.

Lire plus: Mes 13 articles essentiels pour faire sa valise convenablement

Photo by Kelly Sikkema on Unsplash

3. L’augmentation des prix

Il s’agit d’une des nouvelles réalités du voyage que l’on constate le plus rapidement: Le prix des hôtels, des billets d’avion, des restaurants et des entrées aux musées et aux attractions a augmenté à un point tel que l’impact sur un budget voyage n’est pas à minimiser.

Plusieurs peuvent absorber cette augmentation des coûts puisque deux ans et demi se sont écoulés depuis le dernier voyage. Les économies sont là et l’urgence de partir l’emporte sur la dépense pour les amoureux du voyage.

Or, à long terme et en considérant que le coût de la vie augmente chez soi également (logement, nourriture, etc.), peut-être verra-t-on une légère baisse du tourisme à moyen terme.

D’un autre côté, Travel+Leisure annonce que les prix des billets d’avion ont baissé de 9,6% entre juin et juillet. De légères baisses nous surprendront peut-être au cours des prochains mois au fur et à mesure que les prix du carburant et que la demande pour le transport aérien se stabiliseront.

Lire plus: Le prix d’un voyage à Hawaii: mon budget détaillé

Mon meilleur conseil: En préparant ton budget voyage, prévois une augmentation d’environ 20% à 30% par rapport à ce que tu payais en 2019, avant la pandémie.

Rejoins des milliers de lecteurs!

Ce blogue met de l’avant les voyages loin des foules et inspire les personnalités réservées à explorer le monde.

Envie d’obtenir un accès prioritaire à tous mes conseils et astuces?

Abonne-toi au blogue et reçois toutes les nouvelles publications par courriel. Tu recevras également ma check-list de planification de voyage, un organisateur d’itinéraire et un budget voyage. Tout cela est gratuit!

4. Le déclin du paiement comptant

Au cours de la pandémie, de nombreux commerces ont encouragé les clients à payer par carte. Il en va de même pour plusieurs systèmes de transport en commun à travers le monde tels Londres et Chicago qui sont presque entièrement passés au plastique.

Cela ne cause aucun problème à domicile, mais en voyage, cela est parfois gênant. Par exemple, en visitant Chicago, je voulais me procurer un droit de passage pour le métro. Or, la machine n’acceptait que les cartes et imposait d’entrer le zip code y étant relié.

Or, s’agissant d’une carte de crédit canadienne, mon code postal de six caractères ne fonctionnait pas. Je n’arrivais donc pas à procéder au paiement jusqu’à ce qu’un gentil touriste européen qui avait eu le même problème la veille m’explique de simplement entrer 0 pour une carte de crédit internationale.

Bref, payer cash resterait parfois tellement plus simple, mais cela n’est plus possible partout. Voilà bel et bien une des nouvelles réalités du voyage qui perdurera.

Image by Steve Buissinne from Pixabay

5. La vérification des exigences d’entrée

Avant la pandémie, il suffisait de rechercher si un visa s’avérait nécessaire pour visiter un pays donné. Désormais nous devons également surveiller les règlementations en termes de vaccination et de test Covid.

Il ne s’agit pas d’une étape décourageante et insurmontable, mais elle amène une légère dose de stress supplémentaire. En effet, comme les règlementations au sujet du Coronavirus peuvent évoluer du jour ou lendemain, sans préavis, il importe de les vérifier jusqu’à la veille de son départ pour s’assurer qu’aucun changement n’a été apporté.

6. Les vols en retard

Selon Radar Box et Sam Chui Aviation & Travel, en Amérique du Nord, les aéroports de Toronto, Atlanta et Chicago ont connu le plus de vols retardés en juillet 2022.

Sur les huit vols que j’ai pris cet été, seulement trois ont décollé à l’heure. Parfois, le retard n’a été que de 30 minutes, mais j’ai également expérimenté un délai de quatre heures (à Chicago O’Hare).

Si, avant la pandémie, 60 minutes entre deux vols suffisaient, cette seule heure pour attraper une connexion est maintenant particulièrement stressante. Prévoir plus de temps afin de voyager sans angoisser n’est pas un luxe.

Cette situation rentrera éventuellement dans l’ordre lorsque les aéroports opéreront avec suffisamment de personnel.

Mon meilleur conseil: S’assurer d’avoir deux heures ou plus pour réaliser une connexion. Une heure telle que recommandée auparavant ne suffit plus.

Les nouvelles réalités du voyage: Mot de la fin

Les nouvelles réalités du voyage international sont probablement là pour rester. Elles peuvent ajouter un peu de tension lors de la préparation d’un voyage, mais pas assez pour s’empêcher d’aller quelque part. Il faudra s’y habituer comme nous nous sommes adaptés aux procédures de sécurité additionnelle suite au 11 septembre 2001.

Envie de suivre mes périples en temps réel? Abonne-toi à mon compte Instagram!

En-tête de l’article: Image by ysn Benz from Pixabay

Cheers for reading!

Rejoignez les 832 autres abonnés

4 commentaires sur “Les nouvelles réalités du voyage post-pandémie

  1. Justin Busch – Les aventures d'un américain qui est tombé complètement amoureux de la France
    jeliotb dit :

    Vu que les prix des céréales ont bien doublé pendant les derniers mois, j’ai vraiment peur de mon prochain budget de voyage. Peut-être qu’il faudra dormir dans un sac de couchage !

    1. Anne-Marie – Québec, Canada – Blogueuse voyage Je mets de l'avant les voyages loin des foules et j'inspire les personnes réservées à explorer le monde. J'adore les livres, le musical Les Misérables, les vieilles cartes géographiques, le gin et le chai latte!
      Anne-Marie dit :

      Ou peut-être qu’il faudra y aller plus qu’une nuit pour que ça en vaille la peine. 😉
      Bons préparatifs!

  2. Merci Anne-Marie pour cet article très instructif. Tu donnes de super bons trucs. Nous n’avons pas encore pris l’avion depuis la pandémie et ce qu’on a vu dans les médias nous a découragé. Cet automne, ce sera encore des roads trips!

    1. Anne-Marie – Québec, Canada – Blogueuse voyage Je mets de l'avant les voyages loin des foules et j'inspire les personnes réservées à explorer le monde. J'adore les livres, le musical Les Misérables, les vieilles cartes géographiques, le gin et le chai latte!
      Anne-Marie dit :

      Je comprends. Rester maître de ses déplacements est moins stressant.
      En termes de voyage par avion, les États-Unis est un bon choix pour casser la glace. Dans le pire des cas, revenir par la route est possible…!

J'adore lire les commentaires! N'hésite pas! Annuler la réponse.