Chroniques de voyage ou apologie de l’égarement

chroniques-de-voyage

Je n’ai pas partagé de lectures sur le voyage depuis le roman Shantaram; j’attendais de tomber sur un écrit aussi savoureux! J’ai récemment découvert All Over the Place, un bouquin présentant les chroniques de voyage de la blogueuse et autrice Geraldine DeRuiter. Je suis tombée par hasard sur ce livre chez Open Books, en visitant Chicago.

Au cours de ma lecture, j’ai souvent souri, j’ai ri à voix haute à quelques reprises et j’ai acquisé plusieurs fois aux réflexions de l’autrice. Je présente ici le synopsis et une brève critique de All Over the Place, écrit par une blogueuse qui assure ne rien connaître en voyage et qui se déclare plutôt experte dans l’art de s’égarer.

Lire plus: Un récit de voyage à lire absolument: I Have Something To Tell You

Cette page contient des liens affiliés. Cela veut dire que si tu effectues un achat ou une réservation, je recevrai une commission (sans que cela ne te coûte un sou de plus). Ceci me permet de garder le contenu de ce blogue gratuit.

Chroniques de voyage: All Over the Place ou l’art de se perdre en voyageant

Note : 3.5 sur 5.

Geraldine DeRuiter est l’antithèse de la blogueuse voyage. Son blogue est apparu faute de mieux, voyager la stresse, elle est incapable de lire une carte géographique et, la plupart du temps, elle se perd. Comme elle n’a aucun bon conseil voyage à offrir, elle présente plutôt un livre sur l’amour et sur l’art de se perdre, de réparer ses erreurs et de se venger.

Lire plus: Livre voyage: The Lost Girls

map-chroniques-de-voyage
Image by Grégory ROOSE from Pixabay

Synopsis des chroniques de voyage All Over the Place

Geraldine DeRuiter gère la perte d’un boulot qu’elle aimait bien et qui lui assurait un bon revenu comme une peine d’amour: Elle boit trop de cocktails, part à la conquête de marchands de glace et s’envole en Italie. (Bien sûr, cela ne règle rien.)

Une année passe sans que l’autrice ne trouve de travail qui lui convienne. La voyant près du désespoir, son mari lui suggère de le suivre lors de ses voyages d’affaires et d’écrire un blogue.

Comme Geraldine ne possède pas de sens de l’orientation, qu’elle est incapable de situer quelque pays que ce soit sur une carte, qu’elle a le mal des transports et des restrictions alimentaires, cette idée lui paraît saugrenue. Or, convaincue de n’avoir rien à perdre, elle se lance tout de même dans l’aventure.

Son livre All Over the Place présente ses chroniques de voyage, les aventures qu’elle a vécues en compagnie de son mari. Claire dès le départ, elle nous avertit qu’on n’y trouvera rien de culturel et qu’on en apprendra peu sur les destinations visitées. L’autrice partage plutôt ses moments les plus bas, les plus embarrassants, ceux que la plupart d’entre nous n’oseraient jamais étaler sur la place publique.

Sans filtre, avec un humour décapant et irrévérencieux, Geraldine DeRuiter s’expose et parle ouvertement de la personnalité éclatée et malaisante de sa mère italienne, de l’absence de son père russe, de sa propre tumeur au cerveau et des nombreuses fois où elle s’est perdue, physiquement et mentalement, pour finalement se retrouver exactement là où elle devait être même s’il ne s’agissait pas de là où elle avait l’intention d’aller. (Tu me suis?)

Lire plus: Se trouver en voyageant: mythe ou réalité?

There are very few moments in our lives when we get to embrace sucking at something. When we get to fail miserably and still find value in it. Travel is one of those things. Even if you don’t end up where you planned, you still might end up somewhere great.

Geraldine deruiter
perdu-retrouvé-chroniques-de-voyage
Image by Jan Alexander from Pixabay

Critique de All Over the Place

Ce que j’ai aimé

Le ton

Le texte demeure empreint de légèreté même lorsque des thèmes dramatiques sont abordés. L’autrice ne se prend pas au sérieux et considère le lecteur comme un ami. Elle s’adresse directement à lui, le remet en question et l’interroge au fil des pages.

L’humour

Geraldine DeRuiter a une plume rigolote. Sa perspective, sa façon de penser et de communiquer reste unique. Je ne connais aucune autre autrice qui possède une voix comme la sienne.

Personally, I’ve never understood quitting a stable job in order to see the world. I’d put it in the same mental file in which I’ve placed « eating cake for every meal » and « sex with Jeff Goldblum circa Jurassic Park ». That is, things that are fun to think about but impossible or irresponsible in practice, due to the constraints of space-time, existing retraining orders, and the limitations of the human pancreas.

Geraldine deruiter
L’authenticité

J’ai apprécié qu’il n’y ait pas de faux-fuyant. Geraldine DeRuiter est franche, parfois même un peu trop. Rien ne semble la gêner.

Les réflexions

La plupart du temps, j’étais en accord avec les réflexions de l’autrice. Je ne serais pas prête à dire qu’elles sortent à tout coup des sentiers battus, mais elles confortent le lecteur dans ses sentiments, justifient même certaines pensées récurrentes ou des difficultés que nous avons tous expérimentées.

⁠What matters is that you find the right person with whom to spend your time on this earth. Someone who will take care of you when you’re sick. Who will love you and the extra hole in your head. Who will drive for hours while you sleep in the passenger seat. Someone who will show you how immense the universe is and still make you feel that you are the brightest thing in the sky.⁠

⁠That’s why I don’t have a bucket list. Because I can’t imagine asking the universe for more than that. »⁠

Geraldine Deruiter

Lire plus: 10 raisons de ne pas faire une bucket list voyage

caméra-et-livre-ouvert
Image by Engin Akyurt from Pixabay

Ce que j’ai moins aimé

Ne pas laisser le lecteur imaginer

À quelques reprises, j’ai trouvé que l’autrice étirait la sauce. J’ai parfois eu le sentiment qu’on m’expliquait un peu trop une situation quand j’en avais déjà compris les subtilités après un paragraphe. À certains moments, il aurait été avantageux de laisser les choses en suspens afin que le lecteur en comprenne ce qu’il veut.

L’éparpillement

Ce livre porte bien son titre: Il s’avère éparpillé et all over the place. Cela fait son charme, mais exige également une certaine concentration de la part du lecteur en début de récit. Les chapitres ne sont pas présentés en ordre chronologique et cela peut prendre quelques paragraphes pour réaliser que nous venons de faire un bond dans le temps, parfois vers le passé, à d’autres moments dans le futur.

Le rythme brisé

Enfin, quelques chapitres s’avèrent nécessaires avant de comprendre où l’autrice s’en va. Au départ, on a l’impression qu’elle saute du coq à l’âne et c’est difficile à suivre, puis on comprend éventuellement où Geraldine nous emmène avec ce rythme chaotique.

Most of the time, they use that damn J.R.R. Tolkien quote to tell you just how hardcore they are.

« Not all those who wander are lost. »

But you know what? I usually am. Hell, even if I’m not wandering, I’m lost.

Geraldine DeRuiter

Informations pratiques

Chroniques de voyage: Mot de la fin

Bref, si tu as envie d’une lecture légère, une qui diffère des récits de voyage traditionnels, ces chroniques pourraient t’intéresser. Après tout, Geraldine n’a pas tout quitté pour voyager, elle a plutôt été mise à pied et ce mode de vie s’est imposé à elle. Voilà qui change des blogueurs qui tentent de nous convaincre de laisser nos boulots pour errer en permanence!

Lire plus: Découvre mes autres suggestions de livres voyage

En-tête de l’article: Image by Ylanite Koppens from Pixabay

Cheers for reading!

Tu pars en voyage bientôt?

Voici les ressources que j’utilise le plus:

*Certains de ces liens sont affiliés. Cela veut dire que si tu effectues un achat ou une réservation, je recevrai une commission (sans que cela ne te coûte un sou de plus). Ceci me permet de garder le contenu de ce blogue gratuit.

7 commentaires sur “Chroniques de voyage ou apologie de l’égarement

  1. Bonjour Anne-Marie, j’ai lu ce livre il y a quelques temps deja..je me demande meme si ce n’est pas toi qui en avait parle.. bref c’est un livre que j’ai bien aime. Maintenant je lis presque exculivement des histoires vraies ( pas de fiction…). J’ai 6 livres qui m’attendent en plus de quelques livres sur mon kindle( que j’adore)… Bon WE.

      1. Hi Anne-Marie. J’ai seulement mon Kindle depuis fin mars. J’ai plusieurs livres (papier) en attente, J’ai acheté quelques e-book sur le thème du Chemin de Compostelle ( pcq je suis devenue passionnée du sujet et aussi pcq je voulais voir mon livre sur mon Kindle !!! ). Bon dimanche.

  2. Je ne connaissais pas cette autrice, son livre est la preuve que, dans l’écriture, c’est le ton et notre façon personnelle de voir le monde qui est important!

J'adore lire les commentaires! N'hésite pas!